2 TEXTES FRED (N°6)

 

L’amour perdu,

 

 

C’est si loin de tous ces matins blafards,

Que je cherche encore ton regard,

ET le simple souvenir de toi,

Se reflétant au profond de mon émoi,

 

Je ressens alors au plus fort,

Toute la chaleur émanant de ton corps,

Toujours à l’affût de ce sourire enjôleur,

Qui me rendait si souvent rêveur,

 

Je me souviens encore de tes caresses,

Entremêlant  fougue et tendresse,

L’odeur enivrante de ton parfum,

S’impreignant au creux de mes mains,

 

J’ai constamment l’impression de te posséder,

Mais pourtant je t’ai perdu, toi la seule que j’aimais,

Mon amour peu à peu s’évapore,

Tel la nuit laissant place à l’aurore,

 

Toi, belle colombe tu t’es envolée,

Et Je suis resté impuissant pour t’apprivoiser,

Tu as préférée rejoindre d’autres cieux,

Qui, je l’espère seront pour toi plus heureux,

 

Mais n’oublies jamais que la vie tel une flamme,

Se consume alors  tout doucement,

Mais que mon amour restera toujours là belle femme,

Brûlant d’une braise ardente pour longtemps.

 

 

FRED

 

PARTIR ,

 

 

Si je dois partir un jour,

Mon dernier souhait sera pour toi,

Je te laisserais tout mon amour,

Qui te suivra pas à pas,

 

La séparation n’est qu’une larme,

Dans un océan de l’oubli,

Et toi, la plus belle de tes armes,

C’est celle de poursuivre ta vie,

 

Si le destin à préférer par choisir,

Que la route de notre amour se sépare,

Il saura de nouveau nous réunir,

Là-bas à l’abris des regards,

 

Alors si je suis loin de toi,

Tout là haut dans les cieux,

Saches que je serais toujours là,

Quand tu fermeras les yeux.

 

 

FRED

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site