2 TEXTES FRED (N°7)

 

PARTIR ,

 

 

Si je dois partir un jour,

Mon dernier souhait sera pour toi,

Je te laisserais tout mon amour,

Qui te suivra pas à pas,

 

La séparation n’est qu’une larme,

Dans un océan de l’oubli,

Et toi, la plus belle de tes armes,

C’est celle de poursuivre ta vie,

 

Si le destin à préférer par choisir,

Que la route de notre amour se sépare,

Il saura de nouveau nous réunir,

Là-bas à l’abris des regards,

 

Alors si je suis loin de toi,

Tout là haut dans les cieux,

Saches que je serais toujours là,

Quand tu fermeras les yeux.

 

 

FRED

 

L’ENFANT  MEURTRI,

 

 

Ame errante au cœur pur,

Sa vie n’est plus rien qu’un murmure,

Lui qui seul, petit enfant,

Porte en lui la misère et le sang,

 

Se sentant recouvert de pénombre,

Constamment poursuivit par son ombre,

La guerre n’a cessée de  meurtrir,

Ce petit corps refusant de souffrir,

 

Comment éponger toute la haine,

Coulant  le long de ses veines ?

Pourquoi la mort se force de poursuivre,

Ce qu’elle lui a toujours empêcher de vivre ?

 

Jeune revenant solitaire,

Le voilà maintenant abandonné sur la terre,

L’âme  troublée et tourmentée,

Prisonnier d’un monde le gardant à jamais.

 

 

 

FRED

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×